vendredi 18 février 2011

Que faisaient les parents d'Esther Arpels et d'Alfred Van Cleef de Paris ?




Il a été écrit par ceux qui se sont intéressés aux métiers des parents et ancêtres des deux familles que les parents d'Alfred et  Esther, étaient de grands  lapidaires d'Anvers, j'ai même lu le terme de gemmologue...qui n'existait pas à cette époque.


Je pense que les parents d'Alfred, vivant dans le neuvième arrondissement, lui avait trouvé grâce à des relations,car de nombreux professionnels de la Joaillerie faisaient partie de l'environnement d'Alfred,  un poste d'apprenti, chez David et Grosgogeat (et non David et Grosgeat) et que ces derniers se sont aperçus que ce jeune homme avait de grandes qualités.
Mélanie et Thérese Mayer étaient demi-soeurs, le fils de Mélanie Mayer épouse de Salomon Van Cleef épouse la fille de Thérèse Mayer épouse de Salomon Arpels, c'est traditionnel dans la communauté juive.
Salomon Arpels aide son gendre, et s'associe avec lui, mais il meurt en 1903, et ses fils, en possession de ses parts rentrent dans la société d'Alfred.
Une opportunité se présente en 1906, un de porte place Vendôme, ils la saisissent (qui finance?) et en trente deux ans, ils construisent sans les travers actuels du marketing, une maison mondialement connue, qui sut s'entourer d'extraordinaires talents (joailliers boitiers comme Langlois,Jean Rubel, Vergé, Sim Lacaze et tant d'autres)


Je suis sûr qu'Alfred avait de la classe et du gout.


Ce n'est pas attaquer la maison que d'écrire la vérité, je parle des familles...,mais surtout j'explique comment ces gens sont parvenus à ce niveau, à ce rang.


L'acte de naissance d'Alfred


Cliquer pour agrandir

Il est clairement noté que Salomon Van Cleef (qui a une très belle signature)
est marchand de toiles et que sa femme travaillait avec lui, ils habitaient 24 rue Oberkampf à Paris.



Dans cet almanach de commerce de 1820, est ce Mayer installé rue Oberkampf  qui était déja marchand de toiles et dont l'une des petites filles aurait épousé Salomon Arpels où Salomon Van Cleef?

D'autres livres citent des "Mayer", Juifs installés à Paris comme marchand de toiles. Le journal des Débats du 7/1/1869  publie le Mariage d'un Mr Arpels Marchands de toiles 38 rue Saint Paul avec une demoiselle Mayer Lingère 54 rue de Malte.  




J'ai trouvé l acte de Mariage, c'est bien Léon Salomon Arpels. Il est né à Amsterdam. Sur l'acte de mariage de Arpels-Mayer il est aussi clairement noté que Salomon Lion est marchand de toiles , j ai dû le fractionner en deux et l agrandir pour qu'il soit plus lisible






Celui des Arpels et ci dessous celui de Alfred Van Cleef




Il suffit de lire.(et de cliquer pour agrandir) La signature "Esther" est bien nette.

En revanche sur l'acte de mariage de Esther et Alfred Van Cleef il est indiqué qu' Esther est la fille mineur de Salomon Leon Arpels, négociant en  Joaillerie.
Salomon Arpels s'était installé comme négociant en Joaillerie un an avant en 1894, rue Drouot à Paris, il avait 48 ans.
Mais il n'était pas joaillier ou bijoutier de métier. 


Alors qu'est ce que le prestige? qu'est ce que la réussite? qu'est ce que le talent? si ce n'est un homme (Alfred) et les deux familles associées, partis d'où ils sont partis, qui vont rapidement se mettre à fréquenter les grands de leur époque, ce qui sous entend un travail considérable pour se mettre a ce niveau aussi rapidement.
John Fitzgerald Kennedy disait que
"l'art de la réussite consiste à savoir s'entourer des meilleurs"
 C'est ce qu'Alfred a su faire.


Quelle plus belle histoire, humaine et remplis d'évènements humains?
ils ont appliqué avant Winston Churchill, sa phrase du 13 mai 1940
"Du sang, de la peine, des larmes, et de la sueur"
J'ajouterais les femmes, car sur ce point, j'ai même trouvé en plus des histoires croustillantes, une histoire secrète.

Une grande Marque, je préfère le terme "une grande Maison" doit protéger son histoire, mais sa vraie histoire.
Quand je vois des experts affirmer que telle bague à été une création dessinée par Renée Puissant, j'attends leurs preuves.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N hésitez pas a laisser un commentaire, même en anonyme ou écrivez à l auteur : richardjeanjacques@wanadoo.fr