jeudi 23 janvier 2014

Van Cleef and Arpels in 20 years have acquired an international reputation , an article by Pierre Assouline

Van Cleef and Arpels in 20 years have acquired an international reputation , an article by Pierre Assouline



A N U A L E N ° 1282 - Tuesday, 24 December 2013 13
INTERVIEW BY
Pierre Assouline
LESVAN Cleef & Arpels
" In 20 years , they have acquired
an international reputation "
The former jeweler Jean- Jacques Richard , a former expert in gemology from
Courts of Rouen Nimes and runs a blog devoted to jewelry. The uproar caused by an article on the famous simpering Van Cleef & Arpels led him to seek more information about it.
This has resulted in a book , tracing the path and shadow areas of these two
Jewish families from Germany and Belgium.

Jewish News : Richard , why three years have you spent
the history of Van Cleef & Arpels ?
Jean- Jacques Richard : I want a blog devoted to the history of jewelry . I spent more than 40 years jeweler next to the Cathedral of Rouen, and expert with the court in the same city. Anyway, I once wrote an article about the Clutch (see box) Van Cleef & Arpels (VCA)
and there, to my amazement , the counter visits exploded and I began to receive
mail telling me that such and such a place , I made ​​mistakes names or dates. Yet I had all my sources and my references , but it is precisely they who posed problems! Books written about the VCA house turns information somehow official . by
example, it was written all over that girls Arpels Van Cleef married , called Estelle .
But all existing documents about it has always been named Esther .
Why change the name? Similarly there are several Arpels Salomon who are summoned Charles .
A. J. : Before going further into the
VCA saga can you give us
in outline the history of
home?
J -J . R. : First of all there is the Van Cleef , who come from Cleves, as their name indicates in German and Arpels from the Netherlands. Salomon Salomon Arpels and Van Cleef married two sisters halves of the Mayer family. Solomon's son Van Cleef , Alfred who married Esther Arpels , a cousin , was trained as a jeweler , and joined by three son Arpels bought in 1906, a smaller arches of the Place Vendome . And then, what is extraordinary is that in less than 20 years,
and starting from scratch , they have acquired a truly international reputation , where the house Boucheron , for example, has 150 years to achieve the same result .
A. J. : What is it due?
J -J . R. : Primarily talent Alfred Van Cleef , the right jewelry designers and craftsmen he has to choose, but also he was able to raise funds through its relationship with major customers and the VCA house seduced . Later the house was among his followers and Duchess of Windsor
Empress of Iran . He has surrounded himself with the best as House Langlois who invented the invisible setting and Rubel artisans who developed the famous Minaudiere, which owes its name to the fact , reports Vogue magazine in 1935, it promotes coquettish gestures . I think
this definition is good and not that of Jacques Arpels who said that he was so called because Estelle was all the time affectations . Already this nickname Estelle has never been employed by it, but I do not see Esther Van Cleef , who in 1914 was in hospitals, now treat
wounded or gassed in a serious condition, passing his time " simper ."
A. J. : How was the period
the Second World War to
VCA home ?
J -J . R. Alfred Van Cleef died in 1938. And contrary to what the family hoped Arpels , because he was married to a Arpels is his daughter Rachel Renee who inherited his shares in the empire. And then there was Aryanization of Jewish businesses as you know .
Rachel Renee "sold" VCA its insurer , a Breton named De Leseleuc of Kerouara , which unlike other directors all made once the war ended. But Rachel Renee could not see the end of the war.
A. J. : Why ?
J -J . R. : Thanks to one of its employees she could get to reopen a branch
VCA Vichy. But it would défenestrée some time later from his hotel room.
What seems to me for various reasons questionable. The second strange thing is that his will, dated 1938 , that I found there is little in London, was his willingness to leave everything to his mother, a birth Arpels , with whom she was in from the cold death of his father . As they have not had children , it marked the end of the line in Van Cleef jewelery.
A. J. : It seems very mysterious ...
J -J . R. Yes, it is dark , and very interesting.
All books VCA was noted that one house had closed its doors during the war. But we now know that this is false. Another interesting fact which may explain why in Arpels Jewish names were abandoned in favor of more European names is the policy change
the house in the 70s . VCA wanted to bring Arab Emirates. They made this occasion a very large donation to a charity for the children of Palestine .
There was an article published in the American press article. From there , it was uncomfortable.

The clutch bag that triggered the research

A picture of this beautiful handbag gadget for ladies, light object of the house in 30 years , the history of Van Cleef & Arpels looks conceal , according to Jean- Jacques Richard , nooks and hidden from sight compartments. Here is how he describes the object : " An incredible amount of accessories fit in a precalculated site ( ... ) . The inside of the lid is a mirror. Compartment encloses the beauty kit , compact and red. This powder box can be removed and slip into another bag for the day. Another compartment contains the favorite cigarettes,
lighter is not forgotten, it is long and narrow , it repeats the same decorating theme that other objects which are guilloche enamel or , as appropriate . " ●
P.A.


WORSHIP THE SUBJECT
The first arch of the Place Vendome bought by Alfred Van Cleef . Discovered in the archives of the City of Vichy, published for the first time by Jean Jacques Richard , with courtesy e The Mayor of the City of Vichy : Mr. Malhuret .


More on the saga of the VCA www.histoiredesvancleefetdesarpelsblogspot.fr site and especially in the book of Jean- Jacques Richard "the history of Van Cleef Arpels and ". And jewelery in general on the website www.richardjeanjacques.blogspot.fr

mercredi 22 janvier 2014

Les Van Cleef et les Arpels en 20 ans ont acquis une renommée internationale, un article de Pierre Assouline



A L A U N E N° 1282 - MARDI 24 DÉCEMBRE 2013 13
PROPOS RECUEILLIS PAR
PIERRE ASSOULINE
LESVAN CLEEF & ARPELS
« En 20 ans, ils ont acquis
une renommée internationale »
L’ex-joaillier Jean-Jacques Richard, ancien expert en gemmologie auprès des
tribunaux de Rouen et Nîmes tient un blog consacré à la joaillerie. Les remous suscités  par un article sur la fameuse minaudière de Van Cleef & Arpels l’ont poussé à chercher  plus d’informations à ce sujet.
Il en a résulté un livre, retraçant le parcours et les zones d’ombre de ces deux
familles juives venues d’Allemagne et de Belgique.

Actualité juive : M. Richard, pourquoi depuis trois ans vous êtes-vous consacré à
l’histoire de la maison Van Cleef & Arpels ?
Jean-Jacques Richard : Je tiens un blog consacré à l’histoire de la joaillerie. J’ai été pendant plus de 40 ans bijoutier à côté de la cathédrale de Rouen, et expert auprès du tribunal de la même ville. Bref, j’ai écrit un jour un article à propos de la Minaudière (voir encadré) de Van Cleef & Arpels (VCA)
et là, à mon grand étonnement, le compteur des visites a explosé et j’ai commencé à recevoir
du courrier me disant qu’à tel et tel endroit, j’avais fait des erreurs de noms ou de dates. Pourtant j’avais toutes mes sources et mes références, mais c’est justement elles qui posaient problèmes ! Les livres écrits au sujet de la maison VCA relayaient des informations en quelque sorte, officielles. Par
exemple, il était écrit partout qu’une des filles Arpels, mariée Van Cleef, s’appelait Estelle.
Or sur tous les documents existants à ce sujet elle a toujours était nommée Esther.
Pourquoi vouloir changer ce nom ? De la même manière il y a plusieurs Salomon Arpels qui se sont tous fait appeler Charles.
A.J. : Avant d’aller plus avant dans la
saga VCA pouvez-vous nous brosser
dans les grandes lignes l’histoire de la
maison ?
J-J. R. : Tout d’abord il y a les Van Cleef, qui viennent de Clèves, comme leur nom l’indique en allemand, et les Arpels provenant des Pays-Bas. Salomon Arpels et Salomon Van Cleef ont épousé deux demis soeurs de la famille Mayer. Le fils de Salomon Van Cleef, Alfred qui a épousé Esther Arpels, une cousine, a reçu une formation de joaillier et, rejoint par les trois fils Arpels a acheté en 1906, une des plus petites arches de la place Vendôme. Et là, ce qui est extraordinaire, c’est qu’en moins de 20 ans,
et ne partant de rien, ils ont acquis une véritable renommée internationale, là où la maison Boucheron, par exemple, a mis 150 ans pour parvenir au même résultat.
A.J. : A quoi cela est-il dû ?
J-J. R. : Principalement au talent d’Alfred Van Cleef, aux bons dessinateurs de bijoux et artisans qu’il a su choisir, mais également au fonds qu’il a pu lever grâce à ses relations et aux grands clients que la maison VCA a su séduire. Plus tard la maison a compté parmi ses fidèles la duchesse de Windsor et
l’impératrice d’Iran. Il a su s’entourer des meilleurs comme la Maison Langlois qui a inventé le sertissage invisible et les artisans  Rubel qui ont mis au point la fameuse Minaudière, qui doit son nom au fait, rapporte le journal Vogue en 1935, qu’elle favorise les gestes de coquetterie. Je pense que
cette définition est la bonne et non celle de Jacques Arpels qui disait qu'on l’avait appelée ainsi parce qu'Estelle faisait tout le temps des minauderies. Déjà ce surnom d'Estelle n'a jamais été employé par elle, mais je ne vois pas Esther Van Cleef qui, en 1914 était dans des hôpitaux, en train de soigner des
blessés ou des gazés dans un état grave, en train de passer son temps à "minauder".
A.J. : Comment s’est passée la période
de la Deuxième guerre mondiale pour
la maison VCA ?
J-J. R. : Alfred Van Cleef est mort en 1938. Et contrairement à ce que la famille Arpels espérait,car il était marié à une Arpels, c’est sa fille Renée Rachel qui a hérité de ses parts dans l’empire. Et puis, il y a eu l’aryanisation des entreprises juives comme vous le savez.
Renée Rachel a « vendu » VCA à son assureur, un Breton nommé De Leseleuc de Kerouara, qui contrairement à d’autres administrateurs a tout rendu une fois la guerre terminée. Mais Renée Rachel n’a pu voir l’issue de la guerre.
A.J. : Pourquoi cela ?
J-J. R. : Grâce à l’un de ses collaborateurs elle avait pu obtenir de rouvrir une succursale de
VCA à Vichy. Mais elle se serait défenestrée quelque temps plus tard de sa chambre d’hôtel.
Ce qui me paraît pour différentes raisons sujet à caution. Le deuxième fait étrange est que son testament, daté de 1938, que j’ai retrouvé il y a peu à Londres, faisait état de sa volonté de léguer tout à sa mère, une Arpels  de naissance, avec qui elle était en froid depuis la mort de son père. Comme ils n’ont pas eu d’enfant, cela a signé la fin de la lignée Van Cleef dans la joaillerie.
A.J. : Cela semble bien mystérieux…
J-J. R. : Oui, c’est obscur, et très intéressant.
Tous les livres notaient que la maison VCA avait fermé ses portes durant la guerre. Mais on sait maintenant que c’est faux. Un autre fait intéressant et qui pourrait expliquer pourquoi chez les Arpels les noms juifs ont été abandonnés au profit de noms plus européens est le changement de politique
de la maison dans les années 70. VCA a voulu se rapprocher des Emirats arabes. Ils ont fait à cette occasion un très gros don à une association pour les enfants de Palestine.
Il y a eu un article édité dans la presse américaine. A partir de là, cela a gêné.

La minaudière qui déclencha les
recherches

l’image de ce magnifique sac à main gadget pour dames, objet phare de la maison dans les années 30, l’histoire de Van Cleef & Arpels semble recéler, selon Jean-Jacques Richard, des recoins et des compartiments cachés aux regards. Voici  comment il décrit l’objet : « Une quantité incroyable d'accessoires tient dans une place calculée à l'avance (…). L'intérieur du couvercle sert de miroir. Un compartiment enferme le nécessaire de beauté, poudrier et rouge. Cette boîte à poudre peut s'enlever et se glisser dans un autre sac pour le jour. Un autre compartiment contient les cigarettes favorites, le
briquet n'est pas oublié ; il est long et étroit ; il répète le même thème de décoration que les autres objets qui sont guillochés ou émaillés, selon les cas ».
P.A.

LOBJET CULTE
La première arche de la place Vendôme achetée par Alfred Van Cleef. Découverte dans les archives de la Ville de Vichy, publiée pour la premiere fois par Jean Jacques Richard, avec l aimable autorisation e Mr le Maire de la Ville de Vichy: Monsieur Malhuret. 


Plus de détails sur la saga de VCA sur le site www.histoiredesvancleefetdesarpelsblogspot.fr et surtout dans le livre de Jean-Jacques Richard « l’histoire des Van Cleef et Arpels ». Et sur la bijouterie en général sur le site www.richardjeanjacques.blogspot.fr