mardi 24 mai 2011

Mémoires de RENE SIM LACAZE, le plus grand dessinateur de Van Cleef de Paris.


Cliquer sur toutes les photos pour les agrandir
René Sim Lacaze a écrit ses mémoires.  Il avait de quoi raconter puisqu’il est né en 1901 et mort en 2000.
 Il a été décrit par la famille Arpels comme  le grand collaborateur de Madame Puissant Van Cleef et il est le seul qui écrit à son sujet le mot de « directrice  artistique ».
Il dit de son deuxième prénom que, voulant participer à une exposition de peinture, il se trouva plusieurs Lacaze et qu’on lui demanda de se différencier, alors, comme sa fiancée de l’époque se prénommait  Simone, il prit comme deuxième prénom…Sim.

Point n’est besoin de superlatifs pour Renée Rachel Puissant/Van Cleef, la fille du créateur de la célèbre joaillerie de la place Vendôme, elle a prouvé en tant que patronne de la maison qu’elle avait du courage à la fois pour reprendre cette maison en 1938 à la suite du décès de son père et surtout pour avoir organisé  la fausse aryanisation de la maison Van Cleef  avant même que les allemands et les collabos vichyssois le réclament.
Comme de nombreux patrons français de confession juive, elle savait ce qui attendait son entreprise.

Ses cousins Arpels, ( pas tous, Esther Van Cleef était à Cannes et à la fin de guerre se réfugia à Embrun dans les hautes Alpes, Lea Arpels Née Grumberg, n'a pas laissé de traces pendant cette guerre, mais était dans le midi de la france, Jacques Arpels et sa femme étaient à Cannes et n'ont  quitté la France que le 9 mai 1944 pour passer la frontiére Suisse), prirent la poudre d’escampette vers les États unis en 1939 et 1940, pendant qu’elle organisait cette « Aryanisation –bidon » avec la complicité du Comte Paul de Leseleuc, son assureur qui lui aussi ne manquait pas de courage pour oser défier le  Militärbefehlshaber in Frankreich  et les séides du Maréchal Pétain .


En 1923 René-Sim Lacaze venait de terminer 26 mois de service militaire et décidait de faire le tour des grands joailliers de l’époque. Ce jour là il s’était préparé dès sept heures du matin et avait  soigné sa tenue vestimentaire.
 A Huit Heures, il  arpentait la rue de la Paix, ayant pris sous le bras son carton à dessin, et … « Janesich, Lacloche, Cartier, Boucheron, Chaumet, Van cleef et Arpels  furent les premiers à me recevoir »

Dans cet article, toutes les lignes  en italiques sont recopiées scrupuleusement à partir des mémoires de René Sim Lacaze ," Joyaux et Confidences", 



 Enfin il est reçu chez Van Cleef par « Monsieur Puissant, gendre de Monsieur Van Cleef »
Révélations étonnantes pour un homme dont jamais la famille Arpels n’a parlé. Émile Puissant lui demanda « Pourquoi voulez vous entrer Chez Nous ?».
  
Quand on a pas de photos , on les cherche dans la presse de l époque
1936 dessins de René Sim Lacaze

Qu’importe, Émile puissant le reconvoque quelques temps plus tard pour lui indiquer des conditions de travail, tels « pas de semaine Anglaise » Il lui fut précisé qu’il devrait faire ses preuves dans les différents services tels que la manutention, mais « je ne l’écoutais plus, j’étais prêt à tout accepter »
Il rentra donc chez Van Cleef.

Si la duchesse a inspiré Renée Puissant pour ce collier
en 1950, c'est à titre posthume, Renée Puissant est
 morte en  1942

Je croyais que Monsieur Puissant n’était chargé que de la publicité, je ne puis vous dire que j’apprécie son travail de publiciste, mais à l époque c’était une révolution, dans mon livre « l histoire des Van Cleef et des Arpels » je cite ses publicités, mais René Sim Lacaze nous apprend dans ses mémoires qu’Emile Puissant « jouissait auprès de son beau père d’une confiance absolue, il était chargé de l administration générale de la maison » mais, et là il ne fait que conforter mon idée, celle d’une personne qui est baignée dans l’atmosphère de la maison Van Cleef depuis plusieurs mois, il ajoute :
« Il assurait la liaison entre tous les membres du personnel et avec beaucoup de diplomatie faisait régner, non sans mérite, l’entente nécessaire entre les vendeurs presque tous de la famille Arpels »

Nous y voilà, enfin une personne qui confirme mes informations, Alfred était le fondateur de la maison, aidé financièrement par son futur beau père Mr Arpels, Salomon Lion, et non Salomon Charles, et les Arpels de la génération suivante sont entrés dans la maison par héritage (si je puis dire) après la mort de Salomon Lion le 24 novembre 1903  et grâce à leur sœur Esther et aux actions de Papa. 
Du rené Sim Lacaze de 1937


Et René Sim Lacaze ajoute : "Souvent surgissaient entre eux des chamailleries qui se muaient en discorde. C’était au sujet d’un client dont les deux protagonistes revendiquaient la… propriété…La discussion s’intensifiait selon l’importance du client car les vendeurs, en dehors d’un fixe, étaient rétribués au pourcentage des ventes. L’enjeu était considérable……le débat devenait si violent que Monsieur Van Cleef lui-même devait intervenir pour calmer les esprits et régler le conflit "

 Plus avant dans son livre :

 « Chargé de l’ouverture et de la fermeture des coffres forts, Monsieur Puissant arrivait le premier le matin et était le dernier à s’en aller le soir, d’un dynamisme contagieux, il nous entrainait dans son sillage »

« Il fut à mon égard d’une bienveillance exceptionnelle et surveilla étroitement mon évolution artistique » 
Ainsi donc Émile Puissant fut le premier directeur artistique de la maison, car " doté d’un gout très sûr," 
En revanche lorsque René Sim Lacaze  écrit qu’Emile Puissant « fut le génial instigateur, en 1925 et les deux années qui suivirent, d’une vente exceptionnelle de fin d’année »
C’est une petite erreur de sa part car Émile Puissant commença ces ventes en 1921, et déjà depuis 1917, il faisait publier des publicités indiquant que chez Van Cleef la taxe de luxe était supprimée… bien entendu, les confrères qualifiaient ces ventes de …brocante….

René Sim Lacaze

Sauf que bien avant tout le monde en matière de joaillerie, Émile avait compris qu’il fallait se débarrasser des « nanars »

Une autre erreur incompréhensible de la part de René Sim Lacaze lorsqu’il prénomme madame Van Cleef, la femme d’Alfred, « Estelle », elle s’appelait et s’est toujours appelée au long de sa vie « Esther » mais la fin du livre de René Sim peut nous éclairer sur l’emploi de ce prénom.
De même  quand il écrit qu’Emile Puissant a eu un  accident fatal dans la « turbie », L’accident a eu lieu au Cap D’ail dans le virage de la teinturerie de Monaco. Est-ce pour rapprocher le virage ou est décédée Grâce de Monaco avec celui ou Émile puissant est rentré dans un arbre ? Lui aurait on suggéré?






Renée Rachel Puissant


Une photographie nous montre  René Sim Lacaze  avec toute l équipe de Van Cleef et Arpels indiquant la date de 1915, René Sim aurait eu 14 ans ? Allez, je pinaille, il y a tellement d'erreurs dans ce texte, mais cette photo, je l ai aussi… René Sim est allongé au premier rang a droite


René Sim Lacaze nous explique  qu’après la mort d’Emile Puissant, Madame Puissant vint au magasin prendre la direction artistique, cela parait logique, son mari venait de mourir, on lui trouvait une place, elle remplaçait son mari,  ce lui fut certainement bénéfique.

« Très vite je devins son principal collaborateur…elle fut pour moi la précieuse inspiratrice de projets audacieux...parfois hors de prix ce qui me valait les reproches de son père…et lui faisait dire…Lacaze, vous ne créez plus que des objets qui me coutent une fortune…..Mon étroite collaboration avec Madame Puissant faisait merveille : elle confessait volontiers qu’elle ne dessinait pas »


En effet Renée Rachel était infirmière de formation, comme sa maman et je suis satisfait que René Sim Lacaze confirme ce fait qu’elle ne savait pas dessiner.
« Lorsque certaines propositions de dessins nous parvenaient de l extérieur, elle me disait……c’est intéressant mais, Lacaze, arrange çà pour que ce soit du Van Cleef! »

Contrairement a ce que dit la fiche Wikipedia:
 il a assumé en 1926 la gestion artistique et créative chez Van Cleef & Arpels.
Non la directice artistique de VCA depuis 1926 était Renée Rachel Puissant

Que ce soit pour l expo de 1925 (c’est Salomon Arpels qui fut décoré de la Légion d’honneur), ou la suite, le style Van Cleef c’était Lacaze.

René Sim Lacaze se maria le 6/6/1928 à l’Eglise Saint Roch a Paris, il eut la Surprise de voir  "Monsieur Van Cleef, Madame Puissant bon nombre de mes collègues parmi la foule assemblée " « l ensemble du personnel de la maison Van Cleef vint nous rejoindre et Madame Puissant me fit l honneur de danser avec moi quelques tangos, fox-trot et Charleston….Le lendemain nous partions en vacances bénéficiant de quinze jours gracieusement accordés par la maison Van Cleef et Arpels, car aucune loi ne contraignait le patronat français à cette libéralité. »




Il y a quand même des incohérences dans ce livre, ce qui est gênant car ce livre est une bible pour la société Van Cleef et Madame R.....


Page 118:


"En 1937..., Monsieur Saliere .....était  assisté du neveu de monsieur Van Cleef, Jules Arpels.....celui ci tomba gravement malade et dut rentrer précipitemment à Paris ou il mourut quelques jours après son retour"


     Jules qui se faisait appeler Julien est mort le 8/4/1964!!!! et enterré au carré juif du cimetière Montparnasse à Paris


Plus loin même page:
"Une troisieme personne  ravissante.....SL;, divorcée, nièce d'un célèbre peintre animalier ami de la famille Van Cleef....le lendemain mon épouse était là, accourue en hâte pour faire cesser ces marivaudages. Quelques mois plus tard, S.L, devint madame Saliere....j'appris pendant la guerre, qu'atteinte d'une encéphalite, elle avait mis fin a ses jours en se jetant dans la Seine."


Cette personne était S. Lehman la nièce de Jacques Lehman qui avait comme nom de peintre Jacques Nam, en effet grand peintre animalier, et aussi grand ami de Kiki, surnom d'Esther Van Cleef née Arpels, Jacques Nam est mort sans héritier connu, et sa nièce devint son heritière.
Elle mourut en 2009,  et le fond d'atelier de Jacques Nam a été vendu aux enchères à Drouot en 2010 par Maitres Chayette et Cheval


Lu sur internet:



La carrière de Nam atteint son apogée à partir de 1920 et jusqu’en 1940. L’animal reste son sujet favori, mais l’étude des rapaces, des chats et des singes s’ajoute à celle des félins Il intègre ses études et illustrations dans la décoration d’appartements parisiens, ainsi un ensemble
intitulé Singerie composé de panneaux décore le boudoir
de Madame Van Cleef.



 d'ou la vente de ce fameux portrait de Kiki, réalisé en 1954. Ce qui pose un problème, c'est la dédicace:


Portrait de Madame Van Cleef Aquarelle, signée en bas à droite J. NAM 1954 "à mon ami Kiki en souvenir d'un voyage à Mougins".
Il ne l'aurait donc pas offert à Kiki?  mystère.

Il est intéressant de lire sous la plume de René Sim Lacaze que: la Maison Van Cleef et Arpels était réfugiée à Vichy avec une partie de son personnel dans une vaste maison qui doit être celle ou Renée Rachel avait réinstallé VCA,  après avoir été chassée de l’hôtel du Parc avec les autres commerçants tous israélites, sauf Louis Vuitton qui prouva qu’il était un bon Aryen (non il n'y a pas de faute), tellement bon, qu’il créa une usine pour fabriquer les bustes officiels du Maréchal qu'on installait dans les Mairies etc..
En revanche madame Puissant n’habitait pas une suite à l hôtel du Parc, mais une chambre au Majestic la N° 364, (Je sais c’est le même pâté de maison, mais ce sont deux hotels très différents) et elle ne fut pas que "reléguée dans les étages supérieurs  et les combles", mais changée d’hôtel, elle fut accueillie au  "Queen’s Hotel d'Angleterre) ou elle mourut.

René Sim confirme ce que j’avais découvert,  Monsieur Roger Debled s’appelait Roger Levy  et  Monsieur Lacaze impute à Roger Levy Debled une lettre le licenciant, émanant du service du contentieux dirigé par monsieur Levy Debled.
Monsieur Lacaze revint à Paris plaider sa cause mais il se heurta à un « non possumus » c'est-à-dire « nous ne pouvons pas faire autrement » au passage il égratigne Monsieur Levy Debled a qui il avait fourni de fausses cartes d’identité pour lui et sa famille afin de leur éviter le port de l’étoile jaune et plus tard la déportation…
Il situe ce licenciement après la mort de Renée Rachel, mais ce fut bien avant.
Henri Laroze, expert comptable de la maison, a fait un rapport pour les allemands pendant la guerre 39/45  et il écrit
« Un ancien employé dessinateur, Monsieur Lacaze aux appointements de 8000frs par mois (2500€ de nos jours, mais le chef du contentieux n’en touchait que 6000frs), licencié en septembre 1940 est venu nous voir pour reprendre son travail. Comme il avait été licencié par Madame Puissant, gérante à cette époque pour des motifs que nous ignorons, nous n’avons pu donner suite à sa demande »

Or si savons par le dossier de l’Aryanisation que c’est Renée Rachel Puissant qui le licencia avec des indemnités, en revanche Mr Roger Levy Debled fut chassé de la maison par l administrateur le joaillier René Bry ( a l'époque rue Sainte Anne et après guerre rue de la Paix), au fait qu’il était juif.
Dans ce rapport très précis, il est ajouté :
« Aucun changement de personnel n’a été effectué depuis le 6/1/1941 sauf deux licenciements par ordre des autorités d’occupation, (ordre du 16/12/1940)
Monsieur Roger Levy dit Debled, israélite, chef du contentieux depuis 1923 aux appointements de 6000frs par mois.
Melle Perla, dactylo, israélite de parents polonais israélites, depuis 1 an environ, aux appointements de 800frs par mois, les deux employé ont perçus le traitement du mois en cours plus trois mois d’indemnités de congés et préavis »


De même page 137 il est ecrit qu'il s'était replié à Cuscute, je crois qu'il faut mettre cela sur le compte d'un faute de Frappe, car "Cuscute" est une plante holoparasite (pas de chlorophyle)...en revanche le faubourg de Vichy c'est "Cusset"!!!
Lorsque René Sim Lacaze ecrit qu'il ne restait que 4 à 5 employés au sein de la maison, il se trompe: j'ai publié dans un autre article les noms de ceux qui ont été employés pendant la guerre, ils étaient 17
René Sim Lacaze qui avait croisé dans le métro Jean Goulet Mauboussin alors qu’il était en compagnie du Joaillier Sterlé, fut embauché par la Maison Mauboussin en 1941.
Madame Marguerite de Cerval l'aurait cité dans un livre de 1992 sur Mauboussin comme directeur de Van Cleef et Arpels, elle n'a pas renouvellé  cette citation dans le dictionnaire international du Bijou.
Elle aurait de meme indiqué que la maison Van Cleef et Arpels avait fermé ses portes pendant la guerre, ce qui est faux, la maison n'a pas fermé.

Il est étonnant de voir dans ce livre que nos grandes vedettes comme Michèle Morgan et Gérard Philippe ne furent pas touchées par la guerre, en revanche, dans le chapitre « l’atelier sous l' occupation » il n’y a pas de quoi s’étonner a propos des contrôles des services de la garantie…ou alors tous les bijoutiers joailliers de France sont aussi « considérés comme des parias….peut être hostiles à l ordre nouveau ! » allons donc il en faut des contrôles dans un pays comme le notre, mais certains fonctionnaires manquent de discernement. Pour l "atelier" que Mme De Cerval situe place Bergson, je n'ai pas trouvé trace de son poinçon.
Il dit dans ses mémoires: "j'obtins, grace à ma situation de famille, la réquisition d'un appartement inoccupé place Henri Bergson dans le 8 eme arrondissement", certainement réquisitionné a un Juif puisqu'il y resta 25 ans.

Donc, c’est un livre qui nous apprend certaines choses...., 
Ce livre parle de sa vie avant et après son passage dans la maison Van Cleef, il parle un peu des personnalités pour lesquelles il a dessiné, sans tomber dans le style "Noblesse et Royautés ".

Fiche technique du livre:
CopyrightRené-Sim Lacaze (Licence de copyright standard)
ÉditionErste Ausgabe
ÉditeurFranz Hemmerle
Publiénovembre 27, 2009
LangueFrançais
Pages211

L 'editeur est Franz Hemmerlé le petit fils de René Sim Lacaze, en effet la fille de René Sim Lacaze a épousé un Joaillier Allemand


En revanche, quand je lis sous la plume de Françoise Cailles que Renée Puissant a dessiné cela pour VCA, ....les mannes de René Sim Lacaze doivent se retourner.

Pour le serti invisible , je rappelle que c'est Alfred Langlois qui l'a découvert et a réalisé les premiers modèles, que ses ateliers ont été après, repris et  intégrés dans la maison Van Cleef et Arpels le 1/7/1932, leur sort a été réglé par l'Aryanisation, ci dessous texte sur cette reprise et une phrase terrible 
La Juive Mme Puissant






Bague dessinée par René Sim Lacaze pour du serti invisible je ne sais si elle a été réalisée à l époque  mais Salomon dit Charles, l'a fait breveter aux États unis. Pourquoi lui?, pourquoi pas la maison? Peut être pour se faire un peu d'argent, car en 1937, il est tellement insolvable qu'il revend ses parts aux autres associés de la famille.





A l'époque il n'était pas possible de réaliser du serti mystérieux/invisible avec des diamants, c'est fait de nos jours par la maison Van Cleef et Arpels , quelle technique, quelles qualités manuelles!








bague dessinée  par RSLpour un serti mystérieux, a l'époque,
avec des  émeraudes , voir à la fin de l article



















René Sim Lacaze avait une fille, toujours de ce monde heureusement, elle a épousé un joaillier allemand important et c'est désormais son petit fils qui tient les rênes de la maison .


Un internaute de ses amis m'a écrit ceci
"Je suis né en 1937 à Paris, mais nous avons vécu avant la guerre à Boissy L’Aillerie, petite commune près de Pontoise. C’est là , après guerre, que j’ai connu René qui possédait une maison secondaire. Je me souviens que vers mes 12-13 ans René m’emmenait peindre des aquarelles avec lui ! Il peignait beaucoup. Et depuis nous sommes restés très amis."
D'après lui  René Sim avait deux fils Pierre et Bruno.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hésitez pas a laisser un commentaire, même en anonyme ou écrivez à l auteur : richardjeanjacques@wanadoo.fr